fbpx

Des mythes entourant Lexibar rendent difficile son acceptation dans votre institution scolaire? Démystifions!

Pas facile de lire des témoignages de parents qui ont des difficultés à faire accepter l’utilisation de Lexibar par l’établissement scolaire de leur enfant.

Ces parents savent que Lexibar est l’outil le mieux adapté aux difficultés de leur enfant, ils ont ENFIN trouvé le bon outil.

En privant les élèves en difficulté d’un outil qui fonctionne (enfin) pour eux, on leur enlève la possibilité de développer leur potentiel… et le goût d’aller à l’école.

Mais pourquoi ces parents se butent-ils ainsi à des obstacles quant à l’obtention d’une aide technologique pourtant facilement disponible dans d’autres institutions scolaires?

Parce que des mythes persistent au sujet de Lexibar.

Démystifions!


ATTENTION :
 Certains éléments de cet article s’adressent principalement à nos clients du Québec, puisqu’ils traitent de mythes entourant l’acception de Lexibar par les institutions scolaires québécoises et le Ministère de l’Éducation du Québec.

Lexibar n’est pas nécessaire, nous avons déjà un autre outil en place.

FAUX!

 

Lexibar a été développé pour aider les élèves qui n’obtiennent pas de résultats optimaux avec les autres outils.

 


Une fonction d’aide différente… La prédiction phonétique !

Indispensable aux élèves en grande difficulté qui écrivent « au son ». Cette fonction d’aide leur offre la possibilité d’écrire correctement et normalement, malgré une écriture principalement phonologique.

La prédiction orthographique selon un procédé de correspondance phonologique (prédiction phonétique) offerte par Lexibar fait partie des fonctions d’aide à la lecture et à l’écriture répertoriées par Le RÉCIT. Cette fonction compense pour des difficultés marquées ou incapacités liées à la mise en texte, pour ainsi bien produire un mot écrit « au son ». (Source : RECITAS.CA)

La prédiction phonétique de mots est particulièrement aidante, voire même essentielle pour les élèves présentant une dyslexie, une dysorthographie ou une dysphasie, et qui utilisent la voie phonologique lors du processus d’écriture. Elle s’avère aussi être d’un excellent soutien aux élèves allophones qui apprennent le français, et à ceux présentant d’autres difficultés d’apprentissage reliées à diverses problématiques.

En effet, un prédicteur à correspondance phonétique est beaucoup plus performant qu’un prédicteur à correspondance orthographique, car il fait complètement abstraction des graphèmes qui composent les mots et analyse plutôt les sons. Il transforme les lettres en séries de phonèmes qu’il analyse ensuite afin de retrouver les mots qui, au son, sont identiques ou très près de la combinaison de lettres dactylographiées.

La phrase « Le veu es po kan je soufe desu. » écrite par un élève présentant une dysorthographie sévère, devient compréhensible grâce au prédicteur phonétique : « Le feu est beau quand je souffle dessus. »

Les témoignages et commentaires de professionnels ayant travaillé avec un prédicteur phonétique comme celui de Lexibar, un logiciel maintenant utilisé dans 87% des commissions scolaires québécoises, parlent de belles et grandes réussites. Des élèves présentant des troubles d’apprentissage sévères reprennent confiance en eux et découvrent l’écriture comme un moyen de laisser s’épanouir leur imagination. Ils réussissent enfin à communiquer par écrit, en grande partie grâce à cette fonction d’aide !


Des illustrations qui accompagnent les mots

Une fonction qui offre aux élèves en plus grande difficulté un visuel qui les aide grandement dans le choix des mots. Les illustrations de Lexibar correspondent à la fonction d’aide « Fonction d’aide à la représentation visuelle d’un mot par illustrations imagées : pictogrammes, dessins ou photos. » répertoriée par Le RÉCIT. (Source : RECITAS.CA)

Ces fonctions offertes par le logiciel Lexibar sont essentielles pour que certains élèves puissent enfin écrire. Elles font et continueront de faire la différence entre échecs scolaires et réussites pour ceux-ci. Sans compter l’envie d’apprendre et d’aller à l’école, la confiance en soi rehaussée et l’accès à l’éducation dans toutes les matières où la lecture et l’écriture sont requises.

 

Lexibar ne peut pas être prescrit dans le plan d’intervention.

FAUX!

 

Les fonctions d’aide de Lexibar peuvent se retrouver sans problème dans le plan d’intervention de l’élève comme mesures d’adaptation.

 

Une aide technologique = une mesure d’adaptation

Une mesure d’adaptation est un type d’intervention à inclure dans le plan d’intervention. Une mesure d’adaptation ne diminue pas les attentes des programmes et ne change rien aux cadres d’évaluation.

Marc Tremblay et Jean Chouinard, dans leur présentation pour la Journée FCC – Mont Saint-Anne d’octobre 2018, présentent l’aide technologique comme « Un pont entre la difficulté marquée et persistante de l’apprenant et la tâche spécifique, compétence ou étant à réaliser ou à atteindre. »

« Produit » versus « Fonction d’aide »

Il est important de comprendre que ce n’est pas un produit (Lexibar, WordQ, Médialexie, etc.) qui doit être inscrit dans le plan d’intervention comme mesure d’adaptation, mais bien la fonction d’aide technologique (synthèse vocale, prédicteur de mots, etc.). Les produits technologiques offrent des fonctions d’aide et ce sont ces fonctions d’aide qui sont les mesures d’adaptation pour l’élève. Pour consulter la liste des fonctions d’aide répertoriées par Le RÉCIT, c’est ici : http://recitas.ca/fonctions-daide/

 

Changer pour un nouvel outil… C’est compliqué et ça prend du temps.

Oui… Mais non.

 

Lexibar est un logiciel TRÈS facile à utiliser. De plus, nous mettons tout à votre disposition pour que vous soyez rapidement à l’aise afin d’accompagner des élèves qui l’utilisent.

 

Nous comprenons qu’il n’est pas facile pour les enseignants et les intervenants (qui sont souvent plus que débordés, nous le savons) d’utiliser un nouvel outil.

Nous avons fait en sorte que Lexibar soit extrêmement simple à utiliser, même pour de jeunes enfants.

Nous avons mis sur pied des formations en ligne gratuites (pour les intervenants et les parents) permettant de maîtriser le logiciel comme un pro en moins d’une heure! Nous mettons à votre disposition plusieurs ressources, tutoriels, guides, et nous sommes tous les jours disponibles pour répondre à vos questions par téléphone ou par courriel.

Formations gratuites : www.lexibar.ca/formations
Tutoriels vidéos : www.lexibar.ca/tutoriels-video
Documentation : www.lexibar.ca/documentation

Lexibar n’est pas autorisé pendant les épreuves ministérielles.

FAUX!

 

Depuis 2008, la Direction de la sanction des études autorise les élèves ayant des besoins particuliers à utiliser des aides à la lecture et à l’écriture comme mesures d’adaptation en période d’évaluations ministérielles en français et en anglais langue seconde. Plusieurs élèves utilisent Lexibar lors des épreuves ministérielles. Encore une fois, ce sont les fonctions d’aide qui sont autorisées, pas le « produit ».

 

Les fonctions d’aide de prédiction de mots de Lexibar offrent un choix de mots parmi lesquels l’élève doit faire lui-même le bon choix. Lexibar offre la possibilité d’entendre le mot, d’écouter ce qui a été écrit ou de faire lire ce qui doit être lu, mais Lexibar ne remplace jamais l’élève qui demeure maître du choix des mots.

Les fonctions d’aide de Lexibar sont facilement paramétrables selon le plan d’intervention et les besoins de l’élève. Les paramètres peuvent être verrouillés par un intervenant pour permettre seulement ce dont l’élève a besoin.

Les fonctions d’aide de Lexibar offrent à l’élève en difficulté des mesures d’adaptation qui lui permettent de faire valoir son plein potentiel quant à la maîtrise des éléments essentiels du programme disciplinaire sans qu’il soit pénalisé par une difficulté résultant d’un trouble neurologique par exemple, qui l’empêcherait de bien comprendre les questions ou de bien pouvoir communiquer ses idées par écrit.


Pour pouvoir utiliser les fonctions d’aide de Lexibar lors des épreuves ministérielles :


Si l’élève possède un plan d’intervention :

La mesure d’aide « fonction d’aide technologique » précise doit être inscrite sur le plan d’intervention de l’élève. Ex. : « Prédiction de mots » et non pas « Lexibar ». Ceci est obligatoire pour que la fonction d’aide puisse être utilisée lors des épreuves.

Dans le cas où il y a un plan d’intervention, une demande n’a pas à être présentée à la Direction de la sanction des études, mais un rapport d’analyse de la situation de l’élève doit être joint à son dossier et le lien entre la mesure d’aide et le besoin particulier de l’élève doit être reconnu par le personnel scolaire et établi dans le plan d’intervention. Cette mesure doit être régulièrement utilisée par l’élève en cours d’apprentissage et d’évaluation et doit solliciter la prise de décision de l’élève. Une surveillance continue doit permettre de confirmer sur la copie finale de l’élève que celui-ci s’est prévalu de la mesure autorisée.

  1. L’élève est habile et autonome dans l’utilisation de la fonction d’aide en apprentissage et en évaluation, de façon à ne pas lui ajouter une contrainte supplémentaire lors des évaluations.
  2. La fonction d’aide répond réellement au besoin de l’élève et est en lien avec les attentes des programmes.

Source : Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles.


Si l’élève ne possède pas de plan d’intervention, ou que les mesures envisagées n’y sont pas prévues :

Lorsque l’élève ne possède pas de plan d’intervention ou que les mesures envisagées n’y sont pas prévues, la Direction de l’école peut présenter à la Direction de la sanction des études un rapport d’évaluation réalisé par un professionnel reconnu par l’établissement scolaire. Le rapport doit faire état du besoin particulier de l’élève et de la nécessité de l’utilisation des mesures pertinentes. Une lettre de la Direction de l’établissement, qui confirme que l’élève a utilisé ces mesures en cours d’apprentissage et que leur utilisation répond à un besoin particulier, doit être joint à la demande.
Source : Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles.

Pour plus d’information, visitez recitas.ca, le site du RÉCIT, service national en adaptation scolaire, et le Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles.


Formation aux adultes :

Les adultes en formation générale aux adultes peuvent aussi bénéficier de mesures d’aide si un rapport d’analyse de la situation est présent au dossier et décrit bien le lien entre la mesure et le besoin particulier.

Des mesures d’aide sont aussi possibles pour les tests de reconnaissance d’acquis et pour la formation professionnelle.

Voir le Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles pour plus d’information à ce sujet.

 

Lexibar ne peut pas être acheté via la mesure 30810-2.

FAUX!

 

Lexibar est commandé chaque jour via la mesure 30810-2. Ne laissez personne vous dire que ce n’est pas possible, c’est une fausse information!


Un peu d’information sur la mesure 30810-2 :

La mesure 30812 soutient financièrement les commissions scolaires dans l’achat d’équipement informatique et d’aides technologiques permettant de répondre aux besoins en matière d’apprentissage d’élèves handicapés ou en difficulté, de 4 ans à 21 ans.

Pour bénéficier de la mesure 30810-2, l’élève doit avoir un plan d’intervention.

Un rapport d’entrainement doit être fourni afin de démontrer les gains de l’élève une fois exposé à l’utilisation des aides technologiques.

La commission scolaire est alors propriétaire du matériel acheté dans le cadre de cette mesure, mais l’aide technologique peut être apportée à la maison si elle est nécessaire pour la poursuite des activités éducatives de l’école.

Lors d’un changement d’école ou de commission scolaire, le matériel suit l’élève, tant que la C.S. est au Québec.

Le matériel accompagne l’élève tant qu’il est scolarisé par une commission scolaire, y compris en formation professionnelle ou en formation générale des adultes, à la condition que l’élève soit en continuité d’études et que ce matériel soit toujours approprié.

Lorsque l’élève quitte le réseau scolaire public, le matériel est mis à la disposition des autres élèves de la commission scolaire.

(Source : Document d’information de la C.S. des Affluents)


Le formulaire de demande pour la mesure 30810-2 de mon institution scolaire ne permet pas l’achat de Lexibar.

Il semblerait que les commissions scolaires développent elles-mêmes les formulaires de demande pour la mesure 30810-2. Une liste de logiciels qui comportent les fonctions d’aide autorisées est parfois inscrite sur ces formulaires et l’on doit cocher le logiciel choisi.

Il a été porté à notre attention que Lexibar n’est pas disponible partout. Pourtant, il devrait pouvoir l’être, puisqu’il n’y a aucune contre-indication à ce qu’il le soit. Si Lexibar ne figure pas parmi les choix de logiciels sur le formulaire de demande pour la mesure 30810-2, c’est qu’il n’y a pas été inscrit par l’institution scolaire. Choisir Lexibar ne devrait pas être compliqué. Si ça l’est, il faut pousser la recherche plus haut à la commission scolaire afin de faire changer les choses !


La commission scolaire de la Capitale fait un virage Lexibar !

La Commission scolaire de La Capitale a d’ailleurs fait un virage vers Lexibar. Karine Riley, conseillère pédagogique à la C.S. de la Capitale mentionne qu’ils ont été en mesure d’accepter toutes les demandes reliées à la mesure 30810 pendant l’année scolaire 2018-2019 puisque le virage Lexibar leur a permis d’économiser beaucoup d’argent! En effet, puisque les fonctions gratuites de Lexibar sont suffisantes pour plusieurs élèves, tous les élèves qui ont besoin des fonctions plus spécialisées ont pu recevoir l’aide technologique dont ils avaient besoin. Mme Riley mentionne qu’avant Lexibar, ils n’avaient pas suffisamment de ressources financières pour répondre positivement à toutes les demandes de logiciels et de portables pour leurs élèves.

 

Lexibar coûte trop cher.

FAUX!

 

Saviez-vous que Lexibar offre une synthèse vocale, un prédicteur orthographique et un vérificateur d’orthographe GRATUITEMENT? Et que vous pouvez déployer ces fonctions, SANS FRAIS dans toute votre institution scolaire?

 

3 fonctions d’aide totalement gratuites, en tout temps, pour tous.

– Le prédicteur orthographique

– La synthèse vocale

– Le vérificateur d’orthographe

Vous pouvez déployer Lexibar dans tout votre établissement, sans frais, et utiliser ces 3 fonctions qui sont suffisantes pour plusieurs élèves, sans débourser un sou. Au besoin, vous pouvez ensuite facilement activer les logiciels pour les élèves qui ont besoin des autres fonctions, après l’achat de licences.

 

Nous vous prêtons des licences, gratuitement.

Il est possible pour les institutions scolaires d’obtenir un nombre de licences selon leurs besoins, pour toute une année scolaire, leur permettant de faire l’expérience de Lexibar auprès des élèves, des enseignants et des intervenants, en ayant tout notre support et sans aucun engagement autre que de participer à une formation.

Il est aussi possible pour les institutions scolaires de conclure une entente de partenariat leur permettant de bénéficier de licences professionnelles gratuites, afin d’équiper tous les intervenants (orthopédagogues, enseignants, éducateurs, etc.) de licences Lexibar complètes qu’ils peuvent utiliser dans leurs interventions et pour accompagner les élèves.

 

Licences multipostes

Les licences multipostes Lexibar sont très avantageuses et permettent de faire de grosses économies. Plus il y a de postes informatiques ajoutés sous une même licence au fil du temps, plus le prix unitaire est bas. Pour toutes les informations sur les prix des licences, c’est ici : www.lexibar.ca/acheter.

 

Une C.S. parvient à accepter toutes les demandes grâce à Lexibar

Comme mentionné plus haut, la C.S. de la Capitale a été en mesure, pendant l’année scolaire 2018-2019, d’accepter TOUTES les demandes reliées à la mesure 30810-30812 suite à leur virage vers Lexibar, qui leur a permis d’économiser beaucoup d’argent. Ça vaut la peine d’y réfléchir et de faire le calcul !

 

 

En terminant…

 

À ce jour, des étudiantes et des étudiants universitaires vivant avec un trouble d’apprentissage réussissent leurs études en étant accompagnés de Lexibar. Des utilisateurs adultes fonctionnent dans un travail qui leur plaît. Si on les avait empêchés d’avoir accès au bon outil pour réussir malgré leur trouble neurologique, ils n’y seraient peut-être jamais arrivés.

Dans leur présentation « Un besoin pédagogique, une fonction d’aide, une valeur ajoutée », au Colloque de L’ADOQ en novembre 2009, Chouinard, Fauteux et Stanké ont énoncé que les aides technologiques pour l’élève en trouble d’apprentissage du langage écrit sont « Une question de justice et d’équité ».

Comme la paire de lunettes qui permet à l’élève myope de voir au tableau, la bonne aide technologique permet à l’élève présentant un trouble d’apprentissage d’apprendre, entre autres, à lire et à écrire.  Il est primordial que ces élèves aient accès aux fonctions d’aide qui répondent à leurs besoins précis.

Ces élèves vivant avec un trouble d’apprentissage ont besoin d’être épaulés dans leur utilisation de Lexibar. Ils ont besoin que ce soit accepté par leur école, dans leur classe, et par les personnes-ressources qui travaillent avec eux. Ils ont besoin que les professionnels qui les entourent connaissent le logiciel et puissent les aider au besoin.

Puisque nous recevons encore trop de témoignages de parents et d’intervenants qui doivent livrer bataille pour que Lexibar soit accepté, nous vous demandons votre aide et votre collaboration. Vous pouvez peut-être faire une différence, pour que ces jeunes puissent enfin avoir la chance d’accéder à la lecture et à l’écriture malgré leurs cerveaux différents, et développer ainsi toutes leurs forces et leur potentiel.

 

Témoignages à propos de Lexibar

 

Je l’utilise régulièrement avec mes patients dysorthographiques ou dysphasiques. J’apprécie particulièrement le prédicteur phonétique qui s’avère d’une grande aide pour mes patients et n’ai pas encore trouvé d’équivalent sur d’autres logiciels. Je remarque également une progression des performances à l’écrit chez les patients qui l’utilisent régulièrement.
Noémie Hallet, Orthophoniste

Tous mes patients présentant une dyslexie/dysorthographie et/ou une dysgraphie l’utilisent en séance. Ensuite, nous formulons une demande de matériel pour que le logiciel soit installé sur l’ordinateur de l’enfant à des fins scolaires. Après beaucoup d’essais de logiciel prédicteur de mots, je ne conseille que lui maintenant.
Marie Tabbi, Ergothérapeute

Il ne se passe pas une semaine sans que j’utilise ou que je recommande Lexibar à ma clientèle scolaire, car je trouve que c’est l’outil le plus adapté pour les aider à dépasser leurs limites. De plus, j’apprécie la grande ouverture et l’écoute de l’équipe.
Myriam Hudon, Orthophoniste

Depuis que j’ai découvert Lexibar, je le conseille à tous mes patients dysorthographiques, quel que soit leur âge ! C’est impressionnant de voir leur satisfaction face à l’écriture des mots !
Marie-Anne Chancy, Ergothérapeute

Ce logiciel est très apprécié des jeunes patients présentant un trouble des apprentissages. Il leur permet de développer leur élaboration mentale qui fait malheureusement très souvent défaut plus tard aux adolescents dyslexiques, dysorthographiques.
Catherine Muller Moulin, Orthophoniste

Lexibar est un logiciel développé au Québec qui vient en aide aux jeunes présentant des troubles d’apprentissage de l’écriture et de la lecture. L’outil est très efficace et a des fonctionnalités très intéressantes. J’utilise cet outil couramment avec des jeunes qui rencontrent de grands défis en écriture comme en lecture, et il s’est avéré très efficace à ce jour.
Martine Crête, Orthophoniste

Très facile, efficace et convivial.
Danis Pageau, Psychologue

Je le propose à la majorité de mes patients, c’est un outil fantastique qui leur permet de réaliser un bond énorme vers l’autonomie dans les apprentissages.
Wendy Vander Marcken, Orthophoniste

Les enfants auprès de qui je travaille qui utilisent ce logiciel se voient être compétents en français et cela leur donne énormément de confiance pour continuer leurs apprentissages.
Patricia Coté-Giroux, Orthophoniste

Avec Lexibar, mes clients, de façon générale, gagnent énormément confiance en leurs capacités et c’est très gratifiant pour eux, les parents et moi-même de les voir évoluer positivement de la sorte.
Maude Hallée, Orthophoniste

Les patients comprennent vite le principe d’utilisation et très rapidement produisent de courts textes avec très peu d’erreurs et compréhensibles. C’est un nouveau souffle pour eux dans leurs possibilités d’expression.
Cécile Combe, Orthophoniste

Logiciel, fonctionnel, d’une grande aide aux enfants en difficultés majeures avec le langage écrit, qui leur redonne le goût de lire et écrire, autrement.
Florence Gonze, Orthophoniste

Je vois vraiment un impact positif sur les élèves qui l’utilisent.
Joëlle Pouliot-Lapointe, Psychologue

 

Article rédigé par Mélina Patry

Mélina est graphiste et responsable du marketing numérique chez Haylem Technologies. Membre de l’équipe Lexibar depuis 2017, elle a la cause des personnes vivant avec un trouble ou des difficultés d’apprentissage tatouée sur le cœur. Elle est maman de 2 tout petits et belle-maman de 2 plus grands. Tout ce qui concerne l’éducation et la justice sociale la touche personnellement et elle se fait un devoir de travailler vers une société plus juste et équitable dans tout ce qu’elle entreprend.

Article précédent Next Post

Suggestions d'articles

2 Comments

  • Reply Isabelle

    L’école de notre fille nous a dit que l’utilisation de votre logiciel était restreinte parce qu’en comparaison au logiciel WordQ vous ne permettiez pas l’autorisation aux parents d’élèves ayant des besoins particuliers d’utiliser la version complète à la maison! Je sais que trois fonctions de votre logiciel sont gratuites mais parfois l’utilisation d’images s’avèrent nécessaires et c’est une des raisons pour laquelle votre logiciel est préféré à WordQ! Mais est-ce vraiment vrai que vous n’autorisez pas le partage COMPLET du logiciel entre l’école et la maison? Merci

    10 décembre 2019 at 8 h 28 min
    • Reply Mélina Patry

      Bonjour Isabelle,
      Merci pour votre partage! C’est intéressant de lire ce que certains parents se font dire, ça nous permet de démystifier encore plus! Plusieurs institutions soclaires permettent que les élèvent apportent leur matériel informatique à la maison, justement pour que ces élèves puissent continuer d’utiliser leurs outils technologiques pour leurs devoirs et leçons. D’ailleurs, dans le document de la commission scolaire des AFfluents que nous avons consulté pour nos recherches, il est inscrit « …l’aide technologique peut être apportée à la maison si elle est nécessaire pour la poursuite des activités éducatives de l’école. ». Est-ce que c’est parce que votre institution scolaire ne permet pas d’apporter l’ordinateur à la maison et donc que vous auriez à acheter vous-même une licence pour pouvoir l’utiliser chez vous? C’est possible que ce soit le cas et effectivement dans cette situation vous auriez à faire l’achat d’une licence vous-même pour pouvoir avoir Lexibar et toutes ses fonctions d’aide à la maison. Nous offrons gratuitement 3 fonctions semblables à celles de WordQ, ce qui permets à plusieurs élèves de poursuivre leurs apprentissages sans l’achat d’une licence. Toutefois pour les fonctions plus spécialisées de Lexibar, soit les illustrations et le prédicteur phonétique, l’achat d’une licence est requise.

      11 décembre 2019 at 9 h 55 min

    Laissez un commentaire

    %d blogueueurs aiment cette page :